Rénover une vieille maison : le piège des murs variants hygroscopiques

Rénover_une_vieille_maison_:_le_piège_des_murs_variants_hygroscopiques

Sommaire

De nombreux dispositifs encouragent la rénovation de l’ancien, comme le dispositif Denormandie. Néanmoins, rien ne remplace, pour faire un achat rentable dans l’ancien, le fait de savoir rénover. Pour vous aider, nous allons vous faire un petit guide pour comprendre un des dangers que vous rencontrerez : l’action de l’humidité sur les murs.

 

Comprendre les murs variants et l’humidité dans les vieilles maisons

 

Lors de la rénovation écologique de vieilles maisons, une attention particulière doit être accordée aux murs variants, ces structures souvent constituées de matériaux hygroscopiques comme la brique, la pierre calcaire, ou le torchis. Ces matériaux ont la particularité d’absorber et de relâcher l’humidité en fonction des variations du climat ambiant, un trait distinctif qui joue un rôle crucial dans la régulation de l’humidité interne de la maison. La nature hygroscopique de ces murs les rend sensibles aux fluctuations d’humidité. En périodes humides, ils absorbent l’eau, et pendant les périodes sèches, ils la relâchent, aidant ainsi à maintenir un équilibre naturel de l’humidité à l’intérieur de la maison. Cependant, cette capacité à fluctuer avec l’humidité ambiante présente des défis uniques en termes de rénovation.

 

Le risque d’efflorescence

Un des problèmes fréquents est le risque d’efflorescence, où les sels minéraux se déplacent à travers le mur et cristallisent à la surface, laissant des dépôts blanchâtres inesthétiques. De plus, une mauvaise gestion de l’humidité peut conduire à la formation de moisissures et, à terme, à une dégradation structurelle, en particulier dans les zones où l’humidité s’accumule sans pouvoir s’évaporer efficacement.

 

Les enduits inadaptés

La sélection d’enduits inappropriés pour ces murs peut exacerber ces problèmes. L’utilisation d’enduits à base de ciment, par exemple, est un choix malheureux pour les murs variants. Ces enduits non-respirants forment une barrière imperméable, empêchant l’évaporation naturelle de l’humidité du mur. Cela peut entraîner une accumulation d’humidité à l’intérieur des murs, augmentant le risque de dommages structurels et de problèmes de santé liés à la moisissure.

 

Solutions de rénovation adaptées aux murs variants

 

Face aux défis posés par les murs variants dans les vieilles maisons, le choix des enduits respirants devient primordial. Les enduits à base de ciment, trop rigides et imperméables, sont à éviter. À la place, des alternatives comme les enduits à la chaux, les enduits d’argile et les enduits de plâtre naturel offrent des avantages significatifs. Le banchage chaux-chanvre est très populaire en raison, en plus, de ses propriétés acoustiques et isolantes. Ces matériaux permettent une régulation naturelle de l’humidité, facilitant l’évaporation et réduisant ainsi les risques de moisissure et de dégradation structurelle.

 

Les enduits respirants en un mot

L’application de ces enduits nécessite une technique soignée. La surface du mur doit être préparée avec attention pour assurer une bonne adhérence de l’enduit. La porosité de l’enduit doit être compatible avec celle du matériau du mur pour une efficacité optimale. En outre, lors de la rénovation, il est important de considérer l’intégration de solutions d’isolation. Des matériaux isolants hygroscopiques, tels que la fibre de bois ou la ouate de cellulose, peuvent être utilisés pour améliorer l’efficacité énergétique tout en permettant au mur de respirer et de réguler l’humidité.

 

Entretien et surveillance post-rénovation des murs variants

 

Après la rénovation des murs variants, une gestion continue de l’humidité est essentielle pour préserver la santé et la longévité de la structure. Il est important de maintenir un niveau d’humidité intérieur stable, souvent à l’aide de méthodes naturelles comme la ventilation croisée ou dans certains cas, avec l’utilisation de déshumidificateurs. Cette pratique aide à éviter l’accumulation excessive d’humidité et les problèmes qui en découlent, tels que la moisissure ou les dégâts structurels.

Les inspections régulières du bâti sont également cruciales. Ces examens périodiques permettent de détecter rapidement tout signe de problème lié à l’humidité, en particulier dans les zones à risque comme les fondations, les joints des murs ou autour des ouvertures. Une attention particulière doit être portée aux endroits où l’eau pourrait s’accumuler ou s’infiltrer, comme les gouttières, les descentes pluviales et les seuils de portes et fenêtres.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Nous suivre

A lire aussi