Défiscaliser en Corse: le cas du FPI ou Fonds d’Investissement de Proximité

Défiscaliser_en_Corse:_le_cas_du_FPI_ou_Fonds_d’Investissement_de_Proximité

 

Et si vous décidiez de faire baisser votre prochaine facture fiscale ? Généralement, les contribuables se ruent vers la défiscalisation immobilière et surtout la loi Pinel. Pourtant, ce n’est pas la seule option à prendre en compte. Vous pouvez profiter du Fonds d’Investissement de Proximité, avec un taux d’avantage fiscal plus conséquent !

Une réduction d’impôt non négligeable 

 

Le FIP Corse ou Fonds d’investissement de Proximité permet de profiter d’une forte réduction d’impôt. Le fait de défiscaliser en Corse permet alors de disposer d’un avantage fiscal équivalent à 12, 18 ou 21 % de la valeur investie, mais dans la limite de 300 000 euros. Il est alors possible de maximiser la défiscalisation. 

 

Le montant exact de la réduction d’impôt

Pour Défiscaliser en Corse, le FIP permet de profiter d’une réduction d’impôt dans la limite de :

  • 24 000 euros pour un couple à imposition commune ;
  • 12 000 euros pour une personne seule.

Les économies réalisées par foyer

Il est possible de faire une économie à hauteur de 9 120 euros pour un couple ou 4 560 euros pour une personne. La réduction d’impôt FIP Corse doit respecter le plafonnement des niches fiscales équivalent à 10 000 euros par an, et ce, par foyer fiscal. 

 

Un investissement réalisé sur mesure

 

Acquérir de l’immobilier locatif demande un investissement important. En Pinel, il faut acheter un bien neuf dont le prix est au-dessus des valeurs du marché. Pour les investisseurs, il est presque quasi obligatoire d’avoir un crédit immobilier. A contrario, placer son épargne en FIP Corse ne demande pas un effort financier conséquent. L’investissement minimal requis est accessible à tous. Le contribuable peut ainsi profiter pleinement de la réduction d’impôt et des bénéfices y afférent tous les ans. De plus, le risque est réparti entre de multiples entreprises.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Nous suivre

A lire aussi